Europe : des tests qui ne prévoient rien de bons

Les tests de résistance des banques européennes, rendus publics récemment n’ont pas permis de retrouver la stabilité espérée dans un secteur touché par la crise.

Avec des avis plutôt partagés concernant les résultats des tests, les banques ont tout de même pu évaluer leur situation financière sur le marché et leur capacité à gérer des périodes de stress. « Malgré des imperfections (…) ils devraient permettre de réduire l’incertitude et contribuer à soutenir la valeur boursière et l’accès au financement des banques européennes les plus solides« , a déclaré un analyste de la banque américaine Morgan Stanley.

Mais l’exercice est loin d’être évident pour toutes les banques. « A part BBVA et Santander, cela reste difficile d’émettre (de la dette sur les marchés) pour les banques espagnoles, mais aussi grecques et portugaises« , poursuit Olivia Frisé, analyste bancaire chez BNP Paribas.

S’appuyant sur le soutien de l’Etat ou sur celui de la Banque centrale européenne (BCE), les banques espagnoles, par exemple, bénéficient des caisses d’Epargne (Rob), et d’un financement presque illimité durant trois mois.

« Depuis la chute de Lehman, il y a toujours 100 ou 120 banques en Europe qui n’ont pas vraiment accès au marché monétaire« , et provoque la méfiance, constate un professionnel du marché interbancaire. Les résultats donnés ont effectivement mis en exergue la difficulté de redressement des banques les moins favorisées sur le marché européen. « L’industrie, particulièrement les banques de moindre standing et les établissements affaiblis, s’expose, à moyen terme, à un risque en matière de refinancement avec l’extinction des dispositifs de soutien », a révélé l’agence Standard and Poor’s. Dans cette situation, les banques en difficultés seront contraintes de rechercher d’autres moyens de financement afin de contrer la méfiance et le désintéressement des autres banques plus solides.

D'autre actualités sur cette banque

Une adaptation au SEPA difficile pour les entreprises françaises

Evénement attendu par un bon nombre d’entreprises en Europe, l’entrée en vigueur des nouveaux moyens de paiement, mis en place dans le cadre de l’espace unique de paiement en euros, plus connu sous ses initiales SEPA, pour Single Euro Payment Area, nécessite toutefois aujourd’hui encore, malgré l’imminence de ce projet,…


Les tarifs bancaires désormais communiqués en ligne

Faisant de plus en plus l’objet de critiques de la part de leurs usagers mais aussi d’associations de consommateurs, les banques doivent aujourd’hui assumer une image particulièrement mauvaise auprès du grand public, c’est pourquoi le 21 septembre 2010, devant le Ministre de l’Économie, Christine Lagarde, celles-ci ont adopté, par l’intermédiaire…