Le livret A ne fait plus recette

La Caisse des Dépôts et Consignations vient d’annoncer, dans un communiqué, que les chiffres enregistrés au mois de mai 2010, font état, pour la première fois de l’année, d’une valeur des retraits, effectués sur le Livret A, supérieure à celle des dépôts.
Malgré l’annonce faite, récemment, par François Baroin, le Ministre du Budget, de la probable hausse de son taux de rémunération, les sommes retirées ont dépassé les montants déposés de 340 millions d’euros, même si la collecte reste finalement positive, lorsqu’il s’agit de faire le bilan de ces cinq premiers mois, celle-ci atteignant un total 2,49 milliards d’euros.

Les 50 millions d’épargnants, bénéficiant de ce placement, ne semblent donc pas avoir été séduits par le rendement de 1,50 %, voire 1,75 %, qu’il pourrait atteindre, dès le 1er août prochain, même si les sommes investies dans ce produit d’épargne reste tout à fait conséquentes, celui-ci réunissant, à lui seul, 187,4 milliards d’euros.

En effet, bien que son taux de rémunération, fixé le 1er août 2009, à 1,25 %, soit le plus bas que ce placement défiscalisé n’ait jamais affiché, les Français sont toujours restés très attachés à leur produit d’épargne préféré, ceux-ci appréciant tout particulièrement de pouvoir constituer leur capital au moyen d’un Livret A.

Même si ce phénomène peut, dans un premier temps, surprendre, il semble cependant logique que ce placement finisse par marquer un certain recul, suite aux 8,5 millions de souscriptions, ayant eu lieu tout au long de l’année 2009, alors que la distribution de ce placement venait d’être ouverte, depuis le 1er janvier, à l’ensemble des établissements bancaires, et que celui-ci affichait, à ce moment-là, une performance de 4 %, la collecte s’étant alors élevée à 18,31 milliards d’euros, pour le seul mois de janvier.

La dure concurrence que doit désormais affronter le Livret A, avec l’arrivée notamment, sur ce même marché, des cyberbanques et de leurs super-livrets, ainsi que de leurs contrats d’assurance vie toujours plus intéressants, proposant des taux garantis régulièrement supérieurs ou égaux à 3 %, peut aussi expliquer ce mouvement, la collecte, sur les fonds en euros de ces placements, ayant augmenté, à la fin du mois de novembre 2009, de 65 %, par rapport aux onze premiers mois de l’année précédente.

L’autre produit d’épargne, également très apprécié en matière de placement réglementé, et dont le taux est identique à celui du Livret A, a subi le même sort. Le Livret de Développement Durable (LDD) a, en effet, lui aussi, enregistré des retraits supérieurs aux dépôts, la différence s’élevant, cette fois-ci, à 460 millions d’euros, pour le mois de mai 2010. Il est, dès lors, possible de soulever une autre hypothèse pour expliquer ce recul, qui résiderait dans les plafonds relativement limités de ces placements, 15 300 € pour le Livret A et 6 000 € pour le LDD, qui ne peuvent mener, au final, qu’à une baisse de la collecte.

Si cette nouvelle information, constatant une baisse d’intérêt, de la part des Français, pour le Livret A, peut paraître surprenante, au premier abord, elle ne l’est finalement pas autant que cela, plusieurs événements plus ou moins récents étant venus bouleverser le marché de l’épargne française.

D'autre actualités sur cette banque

ING Direct:prime de 60 euros

La cyberbanque ING Direct revient avec une nouvelle offre concernant le compte courant ING Direct, cette offre consistant en une prime de 60 euros pour les nouvelles ouvertures de compte. Vous avez jusqu’au 27 Septembre 2011 pour en bénéficier.


Négociation pour limiter les frais bancaires pour incidents de paiement

Dans un contexte de crise, provoquant la baisse du pouvoir d’achat des Français, les frais bancaires sont devenus un sujet de préoccupation pour un grand nombre d’usagers de ces établissements. Ainsi, suite au rapport remis par l’ex-directeur général du Crédit Agricole, Georges Pauget, et le président du Comité Consultatif du…