Les banques encore une fois mauvaises élèves

Comme à leur habitude, les antennes locales de l’Union Française des Consommateurs – Que Choisir ont procédé à une étude de l’évolution des tarifs bancaires dans leur région, le 22 octobre 2010 a ainsi été publiée l’enquête réalisée par l’antenne de Rodez concernant ce sujet, faisant apparaître un bilan plutôt décevant concernant les coûts liés à l’utilisation des différents services bancaires.

Réalisée entre le 14 juin et le 11 septembre 2010, par trois bénévoles de l’association se présentant comme des clients potentiels auprès de 10 enseignes différentes, les tarifs recueillis permettent de dresser un tableau précis de l’évolution des prix pratiqués par les établissements bancaires sur la région de Rodez. Prenant en compte les coûts d’un certain nombre de services courants, comme la mise à disposition d’une une carte bancaire classique et d’une carte bancaire Premium, les coûts liés aux retraits effectués auprès de distributeurs automatiques n’appartenant pas au réseau de l’enseigne, la mise en place de virements occasionnels et de prélèvements automatiques, le montant des frais perçus lors d’incidents de paiement, le coût des assurances associées aux moyens de paiement ainsi que le prix de l’abonnement aux services de gestion du compte par téléphone ou par Internet, l’étude montre ainsi une évolution significative des prix.

L’étude réalisée par l’antenne ruthénoise de l’UFC – Que Choisir montre, en effet, une hausse significative de l’ensemble des coûts liés à l’utilisation des services bancaires, se positionnant même au dessus de l’évolution des prix à la consommation, qui ont quant à eux augmentés de 8 % sur cette même période. L’enquête réalisée a toutefois permis d’établir un classement, au niveau des tarifs, entre les différentes enseignes testées, montrant que La Banque Postale s’avère être la plus économique, avec un total de 195 €, le podium étant complété par la Caisse d’Epargne de Midi-Pyrénées et le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, affichant un tarif respectif de 196,60 € et 222,30 €, l’établissement le plus coûteux parmi les dix étant le Crédit du Nord avec un résultat de 279,80 €. Il convient aussi de souligner ici qu’aucun établissement bancaire n’a été en mesure de présenter des tarifs inférieurs à ceux de ses concurrents sur l’ensemble des prestations prises en compte, chacun présentant des conditions plus avantageuses sur certaines d’entre elles.

Cette enquête met aussi en avant le non respect des règles instaurées par l’arrêté du 04 avril 2005, imposant aux établissements bancaires de mettre à disposition du public une brochure présentant l’ensemble de leurs tarifs, puisque seulement 38 % des établissements testés remplissaient cette obligation, et qui plus est, le plus souvent de manière relativement opaque. Les critiques formulées par l’association envers les établissements bancaires ne s’arrêtent pas là, cette dernière soulignant également que, contrairement à leurs engagements pris en 2009, visant à faciliter le changement de banque, la majorité des établissements n’ont pas pris les dispositions nécessaires pour remplir cet objectif, les enquêteurs ayant souvent eu du mal à obtenir les renseignements désirés.

Si, aux dires de l’association, les établissements aveyronnais se situent dans la moyenne nationale, force est de constater que l’ensemble de ces enseignes devront faire un effort pour reconquérir la confiance d’un public de plus en plus méfiant à leur égard.

D'autre actualités sur cette banque

Tookam.com, une banque en ligne 100% Internet

Toujours plus de proximité client Internet offre aux banques un nouveau moyen de renforcer la proximité client et elles l’ont bien compris en mettant à disposition de leur clientèle tout un panel de services bancaires accessibles depuis leur site internet. Cela dit, les banques en lignes se montrent encore plus…


Premier bilan pour les banques en ligne

Apparues il y a seulement quelques d’années, dans le sillage des établissements bancaires à distance, les banques en ligne n’ont pas tardé à trouver leur public, celles-ci représentant, aujourd’hui, environ 2 % du marché bancaire français, grâce notamment aux 2 millions de comptes bancaires ouverts auprès de leurs services. Tirant…